HAPPYMAG

L'actualité de l'optique et de la santé :
lunettes de vue, lunettes de soleil et lentilles de contact

Opticien pas cher
Vie pratique

Vivre au jour le jour avec des lunettes de vue ou des lentilles de contact

verre progressif

Histoire du verre progressif

20 May 2010

Beaucoup de presbytes ne pourraient aujourd’hui plus s’en passer.Les verres progressifs simplifient la vie en offrant une vision nette à toutes distances. Les lunettes progressives permettent en effet aux presbytes de porter une seule lunette et non pas d’utiliser une lunette de loin (myopie, hypermétropie, astigmatisme) et une lunette de près. Les verres progressifs offrent également la possibilité de travailler en vision intermédiaire, notamment sur ordinateur, contrairement aux verres doubles foyers ( verre de loin portant une pastille en vision de près).

Les lunettes progressives sont surtout portées en Europe. Peut-être parce que les progressifs ont été inventés par une marque française. Essilor, premier fabricant mondial de verres, créé le verre progressif en 1959 (mise sur le marché en 1964). Ce verre, dénommé Varilux, connaitra plusieurs versions, retracée à la cité des Sciences de la Vilette durant l’exposition ‘Saga Varilux’ il y a deux ans. L’exposition présentait les différentes génération de verres progressifs. En matière de progressif, chaque nouvelle géométrie de verre inaugure une nouvelle génération, chacune offre aux porteurs un meilleur confort de vision. Chez Essilor, la gamme Varilux a notamment connu le Varilux Comfort en 1993, le Panamic en 2000 puis le Physio en 2006.
La gamme Varilux d’Essilor a connu un tel succès que la marque Varilux est devenue pour beaucoup de consommateurs synonyme du verre progressif.

Essilor ne manque pourtant pas de concurrents sur le marché du verre progressif. Les marques telles que American Optical, Hoya ou Nikon, perfectionnent également le surfaçage de leurs verres. La transition entre la vision de près et la vision de loin devient de plus en plus douce, le champ de vision de plus en plus large, notamment sur les côtés.

 

Une concurrence qui encourage l’innovation mais qui dope aussi les prix. Le coût moyen de lunettes progressives était estimé à 500€ en 2007*.

Les verres progressifs offrent une vision nette à toutes distances, en attendant, pour bientôt, la généralisation de l’opération de la presbytie.

*Rapport de la DRESS publié en 2009

4 Responses to Histoire du verre progressif

  1. GAVELLE says:

    Faite vous la marque de lunettes Silhouette et les verres ESSILOR Physio en crisal

    Avec quelle Mutuelle travaillez vous

    American Optical, Hoya ou Nikon, perfectionnent également le surfaçage de leurs verres. La transition entre la vision de près et la vision de loin devient de plus en plus douce //

    FAUX

    • Sophie says:

      Monsieur,

      Happyview propose ses propres verres ophtalmiques unifocaux et progressifs, équivalents aux verres ESSILOR en termes de confort. Nous ne proposons pas de lunettes de la marque Silhouette.

      Happyview étant agréé par la sécurité sociale, vos lunettes seront prises en charge par l’ensemble des mutuelles. De plus, nous sommes partenaire de plus de 30 organismes complémentaires de santé, pour les retrouver, vous pouvez aller sur cette page de partenariat.

      En revanche, pourriez-vous préciser ce que vous estimez faux, que je puisse vous répondre ?

      J’espère avoir pu répondre à vos questions,

      Cordialement,

      Sophie

  2. erik surmont says:

    je regrette de vous décevoir mais je ne supporte pas les verres progressifs, je reste fidèle aux double foyer, car je lis beaucoup , et quant je lis ce sont mes yeux qui bougent , pas la tête et cela me fatigue,et je ne supporte pas cette nouvelle mode de faire des lunettes petites (la hauteur des verres !) salutations

    • Sophie says:

      Bonjour,

      Tout le monde n’a pas la même accoutumance à cet environnement nouveau que sont les verres progressifs. Il faut souvent un temps d’adaptation plus ou moins long. Si vous portez depuis longtemps des verres double-foyer, vous risquez effectivement de ne jamais vous habituer au progressif.

      Cordialement,

      Sophie

| Suivez nous sur
les réseaux sociaux

| Rechercher dans le blog









HAPPYMAG

© Copyright Luxview SAS 2009 - 2014 - Tous droits réservés.