Batailles autour des lunettes sur Internet


Bruxelles somme Paris d'autoriser la vente en ligne des produits d'optique. Beaucoup d'opticiens s'y opposent.

Seulement 40 euros la paire de lunettes, et 110 euros pour des verres progressifs. […] Ces prix sont aux antipodes de ceux affichés par les opticiens ayant pignon sur rue. Une paire de lunettes vendue en magasin coûte ainsi en moyenne 300 euros, contre 130 euros, options incluses, pour les internautes qui commandent chez Direct Optic. Mêmes tarifs sur le site du concurrent Happyview, lancé en septembre. Cette concurrence nouvelle a de quoi inquiéter les quelque 10.500 opticiens de France. D'autant que la Commission européenne veut obliger Paris à ouvrir leur marché aux opticiens en ligne. La loi française stipule que la vente à distance des produits de santé est interdite. Fin 2008, Bruxelles a mis la France en demeure de modifier sa réglementation, menaçant de saisir la Cour de justice européenne. Depuis, le flou juridique règne. L'été dernier, Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, a expliqué que ce commerce était licite dans l'Hexagone, à condition notamment que les sites vendant des lunettes emploient au moins un opticien diplômé. Direct Optic et Happyview en ont pris acte, ce qui leur permet d'être agréés par la Sécurité sociale, et donc de garantir le remboursement des prestations à leurs clients.
[…]
«La vente sur Internet est inéluctable», raisonne de son côté Henri-Pierre Saulnier, patron de l'Union des opticiens. Plutôt que de s'y opposer, mieux vaut selon lui encadrer les ventes, par exemple en limitant la puissance des verres correcteurs vendus sur Internet. Le ministère de la Santé s'est réuni jeudi avec la direction de la concurrence et les syndicats d'opticiens. Son objectif est délicat : il lui faut trouver une position qui satisfasse Bruxelles tout en répondant aux exigences françaises de santé. Les services de Roselyne Bachelot devraient finaliser une proposition d'ici à l'été. En attendant, tous les acteurs s'activent pour continuer de tirer parti au mieux de ce marché qui concerne plus d'un Français sur deux et représente un chiffre d'affaires de plus de 5 milliards d'euros, selon le cabinet Xerfi. Craignant de voir leur part de ce marché s'effriter, les grands distributeurs traditionnels, le groupe Krys en tête, se préparent d'ailleurs à vendre eux aussi en ligne.

Extraits de l’article d’Armelle Bohineust.

Le 23 Janvier 2010
Le Figaro

©Copyright Luxview SAS 2009 - 2014 - Tous droits réservés.





© Copyright Luxview SAS 2009 - 2014 - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts.
En savoir plus et paramétrer les cookies.